PERSONNELS DE DIRECTION

Catégorie A de la Fonction Publique

Directeur des services pénitentiaires : un métier de responsabilité et d'autorité
Représentant l'encadrement supérieur des services pénitentiaires, les directeurs d'établissement participent à la conduite de la politique d'exécution des peines et assurent cette mission avec deux grands objectifs : la sécurité et la réinsertion. Ils doivent également mener la politique des ressources humaines de l'établissement qu'ils dirigent et entretenir le dialogue social avec les personnels. Enfin, ils représentent l'administration pénitentiaire auprès des juridictions, des autres administrations de l'Etat (préfecture, gendarmerie, police), des collectivités locales, des entreprises et des associations.
Au cours de leur carrière, ils peuvent être nommés au sein d'une direction régionale ou des services de la Direction de l'Administration Pénitentiaire, où ils assurent alors l'élaboration et le suivi des politiques pénitentiaires. Leur carrière est marquée par l'alternance entre l'exercice en établissement et l'exercice à l'échelon régional ou national.

Statuts

Les personnels de direction sont soumis au statut général de la Fonction publique et au statut spécial des personnels pénitentiaires ; ils sont régis par le décret n°98-655 du 29 juillet 1998.
L'emploi de directeur régional est régi par le décret n° 98-803 du 8 septembre 1998

Echelles de rémunération

 (traitement net mensuel primes incluses)

1592 euros nets mensuels, pour un élève directeur, à 5095 euros pour un directeur régional ou fonctionnel dernier échelon.

Évolution de carrière

Titularisés à l’issue de deux années de formation, les directeurs bénéficient d’un déroulement de carrière en 3 grades :

directeurs de 2e classe,
directeurs de 1re classe,
directeurs hors classe.
En début de carrière, ils sont affectés en établissement pénitentiaire comme cadre de l'équipe dirigeante ou comme adjoint du directeur d'établissement. Les parcours sont diversifiés ensuite, au sein d’autres établissements, au siège d’une direction régionale, à l’École nationale d'administration pénitentiaire (ÉNAP) ou à l’administration centrale.

Ils peuvent avoir accès à 3 statuts d’emplois : celui de directeur des services pénitentiaires d’insertion et de probation (accessible aux directeurs de 2e classe et de 1re classe), celui de directeur fonctionnel des services pénitentiaires (accessible aux directeurs hors classe ainsi qu’aux magistrats et aux administrateurs civils) et celui de directeur régional des services pénitentiaires (accessible aux directeurs hors classe ainsi qu’aux magistrats et aux administrateurs civils).

La carrière du directeur des services pénitentiaires peut donc être marquée par la mobilité et par l’alternance entre l'exercice de commandements opérationnels et celui de services fonctionnels. A ce titre, il est conseillé par le bureau du suivi personnalisé des carrières spécialement conçu pour individualiser les parcours professionnels des cadres de l’administration pénitentiaire.

Une formation en alternance

La formation rémunérée (1567€) se déroule sur 24 mois et privilégie la complémentarité des approches, grâce à l’alternance de séquences à l’Ecole nationale de l'administration pénitentiaire et des stages extérieurs.

La première année s'attache à cerner la dominante du métier : le management. Cet enseignement s’articule autour du cadre juridique et institutionnel du métier (procédure pénale, droit de la Fonction publique, réglementation pénitentiaire...) ainsi que sur la gestion des ressources humaines (communication, animation, gestion des conflits...) et sur les outils de gestion économique et technique.
Un enseignement sur les sciences humaines et sociales permet à ces futurs cadres de direction de conduire la politique de prise en charge de la population pénale (psychologie, criminologie clinique, ingénierie sociale...).
Des stages en établissements pénitentiaires, en qualité d’abord de surveillant puis d’élève directeur consolident ces acquis. Des modules de formation partagés avec d’autres écoles (magistrature, protection judiciaire de la jeunesse, police nationale), stages en entreprise, en préfecture ou en établissement public permettent aux élèves d’acquérir une vision élargie de leur rôle.

La seconde année, les élèves sont nommés stagiaires et affectés dans un établissement pénitentiaire. Des stages courts leur permettent en outre de découvrir les partenaires institutionnels : tribunal de grande instance, Police nationale, gendarmerie, hôpital.
La titularisation intervient normalement au terme des deux années, sur la base de l’ensemble des appréciations et après soutenance d’un mémoire devant un jury présidé par le directeur de l’administration pénitentiaire.

Les conditions d'accès

Le concours de directeur de 2e classe des services déconcentrés de l’administration pénitentiaire est la voie principale d’accès à l’ensemble des fonctions de direction.

Les directeurs sont recrutés par deux concours distincts :


Le concours externe, ouvert aux candidats âgés de moins de 35 ans, titulaires d’un des diplômes exigés pour le premier concours d’entrée à l’ÉNA (Licence ou diplôme équivalent) ;
Le concours interne, ouvert aux fonctionnaires et agents de l’État, des collectivités territoriales et des établissements publics qui en dépendent, aux militaires et aux agents d'organisations internationales justifiant de 4 ans de services publics au 1er janvier de l’année du concours (c'est-à-dire l'année où ont lieu les épreuves écrites).

FORCE OUVRIERE, LE SYNDICAT DES PERSONNELS PENITENTIAIRES

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site